ACTE

ACTE ( Art Contemporain Thônes et vallées de Thônes Expositions ) était une biennale qui s’est déroulée sur 3 éditions : 2005, 2007 et 2009-2010.

En préparant la licence d’arts plastiques, je me suis aperçue que le “verbiage” utilisé par certains professeurs ou médiateurs nuit à l’intérêt que le public peut porter à l’art contemporain.
Cela rentre aussi fortement dans mes préoccupations autour du sens des mots et des images dans mon travail.
J’ai donc décidé de stopper mes études à la licence pour créer un événement sur mon territoire de vie qui puisse montrer au public (en particulier au jeune public) toute la pertinence de l’art dit “contemporain”. 1\pnindent720

En 2000, avec Alain Livache (directeur artistique indépendant), le projet est né au sein de l’association d’arts plastiques que j’animais. Puis, l’association ACTE a été crée, mon mari s’est fortement impliqué en tant que président.

Nous nous appuyions sur le territoire (la communauté de communes) pour faire intervenir des artistes in situ, en extérieur. Nous proposions un parcours qui faisait découvrir nos vallées et constituait un support de médiation auprès de différents publics, avec un gros effort auprès des scolaires. Des conférences étaient proposées.
L’objectif était de permettre l’accès à tous à l’art d’aujourd’hui (population des villages, scolaires, visiteurs et touristes) et engager chacun dans un mouvement de découverte, dans son village, dans les autres communes des vallées et pourquoi pas au travers de centres d’art partenaires ou plus loin encore… un véritable projet de territoire.

La première biennale a pu se réaliser en 2005 au bout de 5 années de préparation.

ACTE 1 :
http://art-logic.info/Acte-1-Art-contemporain-Thones-et
Elle a remporté un franc soutien, notamment de la part de la DRAC Rhône-Alpes et de l’Académie.


Les éditions suivantes ont pris de l’ampleur : passage de 2 mois à 5 mois, projets plus importants, déclaration d’utilité publique de l’association afin de pouvoir bénéficier du mécénat et, sur la dernière édition, création d’œuvres pérennes afin de constituer progressivement un parcours permanent. start1\pni

ACTE 2 :
http://haute-savoie.ialpes.com/presse/dossier_acte_2-2007.pdf i

ACTE 3 : Art et vie dans les Aravis
ACTE 3 avait pour thème de revisiter l’histoire et l’actualité des relations et des fertilisations croisées entre Art et Vie.
Au point de vue organisation, avec l’arrivée de Georges Cazenove comme directeur artistique, ont eu lieu un changement d’échelle et une ouverture vers d’autres artistes ayant pour certains une reconnaissance internationale ou venant de l’étranger.
L’association a aussi changé de budget en demandant l’agrément de reconnaissance d’utilité publique. Les dons de mécènes ont représenté 65% du budget (il a été multiplié par dix depuis la première édition pour atteindre près de 300 000 €).
Si, pour les responsables, le premier objectif était de réussir Acte 3, le futur était empreint d’interrogations. «Compte tenu de l’évolution de la manifestation, cela dépasse désormais la capacité de l’association et de son noyau de bénévoles, soulignait Alain Bidaut. Il y aura nécessité de restructurer et de prendre le relais. Tout cela ne pourra pas se faire sans une implication des collectivités ni sans une professionnalisation pour pérenniser l’ensemble.»

Le circuit des douze communes était ouvert de fin mars à fin août, trois œuvres sont restées en place (à Serraval, Alex et La Clusaz).
Comme sur les éditions précédentes, un programme de conférences était proposé, et la collaboration avec l’Académie a permis un travail avec de nombreuses classes du territoire.


http://www.jdparavis.info/article/acte-3-ou-comment-federer-un-territoire,6058.php
Aravis – N°78 – Février/Mars 2010 
Durant un cursus universitaire, Anne Bidaut découvre l’art contemporain et ses richesses. Rebutée par le langage abscons des professionnels, elle est persuadée qu’une rencontre et un partage peuvent se réaliser entre des artistes et le public, mais surtout des scolaires. L’idée a du mal à prendre et c’est la rencontre avec Alain Livache, directeur artistique indépendant, qui fera évoluer le projet. «Alain nous a conseillés de faire quelque chose d’intercommunal, que les artistes soient présents dans les villages et que des rencontres se fassent avec les scolaires», raconte Alain Bidaut, président de l’association Acte et mari d’Anne. Le conseiller général Jean-Paul Amoudry est le premier à amorcer la pompe en versant une subvention et l’opération originelle se déroule en 2005 ; il aura donc fallu cinq ans pour que l’idée première se concrétise.
Cette édition initiale d’Acte Aravis voit neuf communes participer, huit artistes présents venant de la région Rhône-Alpes, et un budget limité. Une exposition centrale est déjà mise en place à Mobalpa. «Nous avons réussi à nouer des relations entre les artistes et les écoles, et à créer cette possibilité d’échanges», souligne le président. Les œuvres sont ainsi installées durant deux mois et demi (entre mars et juin) sauf à Entremont et Les Clefs où elles sont pérennes durant les vacances d’été. Les visites commentées gratuites voient 450 écoliers arpenter l’exposition centrale ou le circuit d’art dans les villages, et participer à un cycle de sensibilisation à l’art contemporain. Un atelier de pratique artistique est même monté à l’école publique des Villards.
Pour ce faire, l’association Acte voit le jour et Alain Livache est engagé comme directeur artistique. Acte 2 est lancé en 2007 et, à la suite des remarques émises lors de la première édition, les œuvres restent en place durant tout l’été, onze communes participent. L’ensemble des institutionnels et des collectivités doublent leur subvention. «Acte ne vit que de subventions et de partenaires privés parce que notre but est que tout soit gratuit et accessible à tout le monde, à toutes les populations.» C’est ainsi que la palette d’artistes s’élargit et que se créent de «vrais moments de convivialité entre eux et la population. Et puis l’évolution importante se fait avec les scolaires pour lesquels un vrai programme se met en place. Il y a eu dix classes ou ateliers avec les artistes.»


��

Malheureusement, en 2010, le président de communauté de communes nous a signifié qu’il ne souhaitait plus soutenir cette manifestation. Il est certain qu’en prenant de l’ampleur, nous allions être obligés de demander une réelle implication et une ouverture de poste salarié.

… de dépit, nous avons laissé disparaître le site internet.

Le refuge Tonneau Perriand Janneret, construit en collaboration avec la commune d’Alex, le C.A.U.E. de Haute Savoie et l’association ACTE, a été adopté en 2018 par la station de Flaine (Haute Savoie) et a trouvé sa place (en temps qu’œuvre) sur un sentier de randonnée :o)